Aufgaben & Stress

Stress

On parle de «stress» lorsqu’il y a déséquilibre entre les exigences et les possibilités d’action des adolescent(e)s.

 

  • Mes possibilités d’action (réelles ou perçues)
  • Les exigences qui s’imposent à moi

Toutefois, il ne devrait être question de stress que lorsque ce déséquilibre est perçu négativement et associé à des signes physiques et psychiques de malaise.

Le stress est un processus et non un état «statique». Tout d’abord, nous sommes confrontés à une situation stressante (1). Ensuite, nous évaluons si elle représente un risque pour nous et nous tentons le plus souvent de la gérer (2). Nos possibilités à cet égard dépendent des ressources dont nous disposons pour faire face à la situation (3). Enfin, il peut y avoir des réactions physiques, psychiques et comportementales (4) à la situation de stress (cf. graphique ci-dessous):

Les principales sources de stress, appelées aussi stresseurs ou difficultés, sont par exemple:

Tâche
Trop monotone, trop difficile, dangereuse, émotionnellement difficile («travail émotionnel») 
Organisation du travail 
Surcharge, consignes trop détaillées, manque d’outils de travail, instructions peu claires, critères d’évaluation opaques, processus inefficaces, inter-ruptions impromptues fréquentes, informations manquantes ou erronées 
Conditions sociales    

Comportement difficile des supérieur(e)s hiérarchiques, grande dépendance, inégalités, manque de reconnaissance, manque de respect, mauvaise ambiance, conflits, harcèlement moral 
Conditions organisationnelles 
Politique d’information, politique salariale, horaires de travail Insatisfaction par manque de récompense (déséquilibre: «je donne plus que je ne reçois», reconnaissance, statut, salaire) Avenir professionnel incertain Environnement physique: bruit, chaleur, froid, vibrations, promiscuité, travail de nuit 

Le stress n’a pas nécessairement des conséquences négatives. Toutefois, le risque de développer des problèmes de santé s’accroît nettement... 

  1. quand la période de stress est trop longue,
  2. quand l’événement stressant est particulièrement grave,
  3. quand les tentatives de gestion du stress ont échoué,
  4. quand le stress «déborde» dans d’autres domaines de la vie,
  5. plus généralement, quand on n’a pas les ressources nécessaires pour gérer le stress.

Les ressources aident à gérer le stress. Les principales ressources liées à la situation (organisationnelles, sociales) et liées à la personne sont les suivantes:

 

 

Ressources organisationnelles 
  • Autonomie, marge de manœuvre (p. ex. comment je travaille, comment j’organise mon temps, quand et comment je fais ce que j’ai à faire)
  • Information, consultation, implication
  • Participation aux décisions (p. ex. sur les questions concernant mon travail au quotidien)
Ressources sociales
  • Soutien social (p. ex. écoute, aides concrètes, possibilité de faire confiance à mes collègues)
  • Estime, reconnaissance 
  • Equité (être traité(e) équitablement, contreparties adéquates pour l’implication, l’engagement)
Ressources personnelles 
  • Convictions quant à son contrôle personnel («je gère la situation»)
  • Compétences et connaissances propres («je sais faire ça, j’ai l’expérience nécessaire»)
  • Estime de soi et convictions quant à son efficacité personnelle («je suis capable de faire ce que l’on attend de moi»)
  • Sentiment de cohérence («je comprends ce que l’on me demande, je suis capable de le gérer, cela a du sens pour moi»)
  • Compétence sociale («je peux satisfaire mes besoins et en même temps être soucieux/soucieuse des autres»)
  • Santé physique, forme physique

Les quatre «cases» du graphique illustrant le processus de stress représentent en même temps quatre leviers permettant de gérer le stress. En tant que formateur/trice confronté(e) au stress d’un(e) apprenant(e), vous pouvez donc appliquer les quatre stratégies suivantes:

  1. suppression ou optimisation des stresseurs/difficultés,
  2. identification et utilisation accrue des ressources existantes et/ou constitution de nouvelles ressources, 
  3. optimisation et/ou adaptation de l’évaluation/de la gestion des situations de stress (à aborder bien entendu avec l’apprenant(e) concerné(e)),
  4. gestion des réactions de stress, par exemple par des activités de relaxation appropriées.

S’agissant des mesures concrètes, on distingue deux perspectives: la «prévention comportementale» agit sur les attitudes et les comportements des individus, en l’occurrence des apprenant(e)s, tandis que la «prévention contextuelle» vise à remédier au stress en créant des conditions de travail propices à la santé.

 

 

Prévention comportementale: action sur la personne  
  • «Gestion du stress» en tant que telle: comment naît le stress, facteurs déclencheurs, ressources, traitement du stress
  • Exercices de relaxation et mesures similaires telles que méditation, yoga
  • Sport, mesures générales de compensation et de relaxation
  • Gestion des conflits
  • Gestion du temps / méthode de travail / autogestion
  • ...
Prévention contextuelle: action sur les conditions 
  • Analyse des symptômes de stress: absences pour maladie, fréquence des erreurs, satisfaction et bien-être des apprenant(e)s
  • Analyse de la situation au travail et des conditions de travail: identification des problèmes récurrents, des difficultés et des potentiels de ressources, p. ex. à l’aide d’entretiens, de questionnaires, d’observations de l’activité
  • Elaboration de mesures: mesures à court, moyen et long termes, définition de priorités, en impliquant les supérieur(e)s hiérarchiques et, le cas échéant, la direction
  • Renforcement du soutien social: optimisation du comportement de conduite, promotion d’une culture de l’estime et du soutien mutuel, possibilité de parler de la santé et du stress

 

Supports

Tous les supports et les liens utiles sur les thèmes.

 

Thèmes

Coup d’œil sur: la conduite d’apprenant(e)s, les spécificités de l’adolescence, les tâches et le stress, la motivation et les performances.

 

FWS Apprentice

Informations sur le projet FWS Apprentice dans son ensemble.